JEIC vous parle du street-marketing

Vous avez entendu parler de la dernière campagne d’André ?

Le 30 octobre, la marque André a fait sensation à Paris avec sa nouvelle campagne publicitaire « Flirtez avec la ligne ».

Des affiches publicitaires ont été placées devant et à l’intérieur de différentes stations de métro de la capitale et ont été complétées au sol par une ligne blanche les reliant à un magasin André à proximité.Campagne street marketing « Flirtez avec la ligne »

La marque invita ses clients à se photographier en équilibre sur la ligne blanche et à publier cette photo sur la page Facebook d’André, leur offrant ainsi la possibilité de remporter des paires de chaussures de la marque. André a ainsi marqué les esprits des parisien(ne)s avec cette opération originale de street-marketing.

 

Mais le street-marketing, qu’est-ce que c’est exactement ?

Le street-marketing, comme son nom l’indique, est une technique promotionnelle utilisant la rue comme principal élément. Ce concept, apparu dans les années 1980, nous vient tout droit des Etats-Unis. A ses débuts, le street-marketing se limitait à la distribution de tracts dans la rue par des hôtesses. Mais aujourd’hui, les marques se sont engagées dans une course à l’originalité : métro, bus, passage piétons, trottoir, panneau publicitaire ou encore immeuble sont utilisés pour attirer l’attention des passants. Bien que visuelles, les opérations de street-marketing peuvent également être animées (démonstration, sketch, mise en scène, utilisation d’objets animés…). L’événementiel est alors devenu une part importante du street-marketing.

Les entreprises cherchent de plus en plus à être créatives afin de surprendre leurs potentiels clients et de créer le buzz ! Le but de ces opérations ? Attirer l’attention sur la marque, créer un lien de proximité avec les passants et bénéficier d’un capital sympathie important. Il ne faut pas oublier l’intérêt financier caché derrière ces opérations (d’ailleurs peu coûteuses) : booster ses ventes !

Ce sont des opérations qui doivent être maîtrisées. En effet, il est primordial de choisir un lieu approprié et d’être clair sur ses objectifs pour que l’opération ne soit pas perçue comme agressive.
D’un point de vue légal, il est important de préciser qu’une opération de street-marketing nécessite l’accord de la mairie ou de la préfecture ainsi qu’une déclaration. La législation relative à chaque ville réglemente les actions de street-marketing.

Notre sélection de campagnes de street-marketing !

Du visuel…

Les campagnes publicitaires de McDonald’s utilisent souvent différentes techniques de street-marketing originales. En voici quelques exemples :

Le lampadaire Mc caféLe lampadaire

Street Marketing mcdo

Le panneau d’affichage en ardoise et le passage piéton

Un cornet de glace géant écrasé au sol en plein Paris ? Rien de plus banal ! A l’occasion de la sortie du Samsung Galaxy Mega, la marque a décidé de lancer un concours sur Twitter en demandant aux internautes ce qu’ils souhaitaient voir « en MEGA » avec le hashtag #JEVEUXUNMEGA. L’idée la plus loufoque a ensuite été fabriquée.

cornet de glace

…à l’événementiel !

Du côté street-marketing événementiel, on a pu voir dans les rues de Paris des démonstrations de freestyle (basketball, football et tennis) à l’occasion de l’ouverture du nouveau magasin Nike Sportswear.

Ce sont aussi les passants qui peuvent être mises en scène. La compagnie aérienne Virgin Atlantic avait mis en place une opération insolite sur une place à New-York : installés sur un banc, les participants pouvaient bénéficier des services de la société comme s’ils vivaient un véritable vol ! Coupe de champagne, repas copieux, film, concert, jeu vidéo… tout cela apporté par de vraies hôtesses et vécu en live.

virgin atlantic

Cependant, l’originalité ne réussit pas à tous les coups à en croire le bad buzz provoqué par l’opération de Cuisinella. « Ca sent le sapin », vidéo réalisée par la marque dans un esprit décalé mais qui a plutôt laissé un goût amer suscitant de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux. La (fausse) mort de trois personnes est mise en scène: elles sont enfermées dans un cercueil jusqu’à la découverte de la supercherie. Le message final de la vidéo indique qu’il est nécessaire de s’acheter une cuisine avec qu’il soit trop tard, c’est-à-dire avant de mourir. Une mauvaise publicité dont se serait bien passée la marque !

Sources :
LSA
LLLLITL
VivelaPub
CREADS
Journal du Net
Marketing Stories
Blasphère

Pauline Bourgine

0
  Articles similaires