JEIC vous parle de la COP 21


Du 30 novembre au 11 décembre la France accueilli la COP 21 (Conference Of the parties) sur le site du Bourget. Cette 21ème Conférence des parties, s’est déroulée sur le sol français, et vous l’aurez deviné, accueillir l’un des plus grands événements internationaux à Paris, a un coût. Dans cet article, JEIC pose un regard sur les dépenses de l’Etat.

cop21

L’organisation d’une COP

La COP est un événement qui a pour but de freiner les évolutions du dérèglement climatique qui menace notre société, notre économie et surtout notre planète.

C’est un rassemblement annuel de tous les pays souhaitant agir pour le climat. Chaque année, un pays est choisi pour accueillir et assurer la présidence de la Conférence des parties et ainsi faire le point sur l’application de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) pour adopter des décisions et ainsi réduire les effets de ce phénomène.

C’est au pays hôte que revient la charge de financer cet événement, d’un point de vue logistique (lieux de rencontres, espaces pour les participants…). Un soutient lui est apporté par la CCNUCC ; cette année, c’est à la France de bénéficier de 10% de contribution.

De plus, le budget de la CCNUCC comprend des fonds pour financer la venue des délégations de 143 pays n’ayant pas les moyens de payer transport et hébergement.

Combien ça coûte ?

D’après un article publié sur le Monde, le budget total devait atteindre environ 187 millions d’euros. Ce budget prévoyait l’accueil de plus de 40 000 participants (journaliste, ONG, population autochtones…), la préparation des négociations des 196 parties ainsi que les transports, la communication, l’aménagement du site, etc.

Pour financer cet évènement, notre pays a décidé de faire appel aux entreprises. L’aide de sponsors et mécènes dans l’environnement a été grandement sollicitée pour permettre l’organisation de rencontres de qualité environnementale. L’objectif étant que 20% du budget soit pris en compte par les entreprises. D’après un article d’Attac France, les fonds de contributions ont atteint 16,9 millions d’euros soit 10% du budget total, bien loin des 20% prévus.

D’après Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères et du Développement international l’argent est uniquement utilisé dans le but de tenir des débats et non pour la mise en place de soirées luxueuses.

9917212873_186802b216_o

Les fonds

Les pays développés se sont engagés à mobiliser chaque année d’ici 2020 une somme de 100 milliards de dollars. Ce sont les fonds publics et privés qui ont pour but de permettre aux pays en développement de s’adapter au réchauffement. C’est une promesse qui s’est faite durant la conférence de Copenhague en 2009. Cette question du financement a été l’une des clés pour conclure un accord à Paris.

Des sponsors et mécènes qui se mobilisent

On compte 56 sponsors privés, officiellement présentés pour aider à financer les deux semaines de la COP 21 : les assureurs (Generali, Caisse centrale de réassurance (CCR), AXA), les banques (BNP Paribas, Suez Environnement, la Caisse des dépôts et consignation), les groupes spécialisés dans l’énergie (EDF, ERDF et Engie) et bien d’autres tels que LVMH, Air France, Ikea, Michelin. Tous se sentent concernés par les problématiques environnementales et souhaitent que la conférence de Paris soit une étape décisive pour contenir le changement climatique et s’engager dans un développement plus durable.

En étant sponsor ou mécène de cet évènement, tous ont pu afficher le logo « partenaire officiel Paris 2015 » et ce, valable sur une durée de un an. Grâce à cet évènement exceptionnel, les entreprises bénéficient d’une forte visibilité car elle peuvent mettre en avant leurs propres activités. Il y a fort à parier que d’autres acteurs économiques pourraient être intéressés pour rejoindre ceux qui se sont déjà engagés.

Financement

La contribution moyenne des entreprises a été de 547 000 euros, allant de 80 000 euros pour PUMA à 3 millions pour La Poste. Les secteurs ayant le plus contribués sont les entreprises dans le milieu de l’énergie et des transports avec une somme de 3,9 millions d’euros chacun. Sans oublier celles où l’Etat est actionnaire majoritaire (EDF, Renault, ERDF…). De plus, on compte également les multinationales telles que AXA, Google, BNP, qui ont contribué avec un montant de 250 000 euros.

COP21

Note d’information réalisée par Maxime Combes (Attac France), sur la base de notes du secrétariat général de la COP 21 consultées.

Sources : Novethic ; Libération ; Science Blog ; Attac France ; Le Monde ; COP21.gouv.fr

Rédactrice : Stefy CLOUDAS

0
  Articles similaires